Quelques idées de logement gratuit à l’étranger

Grâce à Internet, il est désormais plus facile de trouver un logement gratuit à l’étranger. Se loger chez l’habitant devient possible, sous certaines conditions. Si l’idée de séjourner en toute gratuité dans un pays lointain vous enchante, les quelques lignes qui suivent pourraient vous aider à la réaliser.

Le couchsurfing pour un logement gratuit à l’étranger

Lancé en 2004, le couchsurfing consiste à proposer gratuitement un canapé-lit aux voyageurs étrangers. Ces derniers ont à rendre cette hospitalité à d’autres visiteurs venus chez eux. Ce service mutuel est géré sur une plateforme de couchsurfing. Cette pratique permet de visiter près de 200 000 villes à travers le monde. Près de 90 000 membres actifs, répartis dans 200 pays, accueillent des visiteurs dans leurs salon ou chambre d’amis.

L’échange de logement pour s’héberger gratuitement chez l’habitant

Le nightswapping est une alternative au couchsurfing. Le principe reste pratiquement le même. Il faut accueillir des voyageurs chez soi pour bénéficier d’un lit gratuit dans un autre pays. Une plateforme d’envergure mondiale gère l’échange à travers 160 pays. Puis, il y a également la possibilité de mettre tout un appartement ou une maison à la disposition des voyageurs du monde entier. Ce système existe depuis les années 50 et compte des millions d’adeptes à travers la planète.

D’autres manières de séjourner à l’extérieur sans rien payer

S’il n’est pas possible de mettre votre logement à disposition d’autres voyageurs, proposez un service. Certaines plateformes vous offrent un hébergement gratuit contre quelques prestations de votre part. Vous pourrez notamment faire du housesitting. Votre mission sera de vous occuper d’une maison en l’absence de ses propriétaires. Après avoir arrosé les plantes et donné à manger aux animaux, vous pouvez partir à la plage. Il arrive aussi que le service porte davantage sur vos compétences linguistiques. Parfois, les propriétaires des lieux vous demandent de les aider pour exploiter une ferme biologique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *